Aisne: La gendarmerie lance un appel à témoins après une collision mortelle

ACCIDENT Un accident sur une route départementale de l’Aisne a causé la mort de deux petites filles. La gendarmerie en charge de l’affaire a lancé un appel à témoins ce lundi 9 avril…
  • La gendarmerie de Sissonne lance un appel à témoins suite à un accident de la route.
  • La collision a causé la mort de deux enfants de 2 et 3 ans et demi.
  • Le conducteur de la Maserati serait à l’origine du choc d’après les premiers éléments de l’enquête.
La gendarmerie de Sissonne, une commune située dans l’Aisne, recherche des témoins d’un accident dramatique. Mardi 3 avril vers 19 h, deux véhicules sont entrés en collision sur une route départementale entre Reims et Laon.
L’accident qui s’est produit sur la commune de Festieux a impliqué six personnes et a entraîné la mort de deux fillettes, a rapporté France 3.

Commandez sur Amazon avec Direct Infos cliquez ci-dessous

Deux fillettes de deux et trois ans et demi ont été tuées
Toute personne ayant assisté à cet accident ou ayant croisé les véhicules impliqués peu de temps avant, est invitée à contacter la gendarmerie de Sissonne au 03.23.80.07.17.
Les véhicules impliqués dans l’accident sont une Renault Espace blanche dans laquelle se trouvaient une mère de famille et ses trois enfants (un nourrisson et deux filles de deux et trois ans et demi). L’autre voiture impliquée est une Maserati Ghibli Diesel noire où étaient installés deux hommes, un conducteur et son passager.
La collision a tué l’enfant de 3 ans et demi sur le coup. Sa sœur de 2 ans, le nourrisson ainsi que les passagers de l’autre véhicule avaient été transportés à l’hôpital de Reims en urgence. La fillette n’a pas survécu à ses blessures. La mère, seulement légèrement blessée, est sous le choc.
« La Maserati serait venue percuter de face la Renault Espace »
D’après les premiers éléments de l’enquête de la brigade de Sissonne en charge de l’affaire, « la Maserati serait venue percuter de face la Renault Espace qui arrivait en sens inverse. Aucun témoin direct de cet accident ne s’est manifesté. Seules deux personnes sont arrivées après la collision et ont porté secours aux victimes ».
À l’école de l’enfant de 3 ans et demi, une cellule psychologique avait été mise en place durant la semaine de l’accident pour soutenir ses camarades de classe.
Pour en savoir plus cliquez ici

Par Joséphine Farine pour 20 Minutes

 

 

%d blogueurs aiment cette page :