Etes-vous favorables à une fusion de la Charente-Maritime et de la Charente ?

“Sud Ouest” interroge cette semaine le sentiment d’appartenance des Charentais-Maritime et les influences qui traversent le département. Mais au-delà de ces logiques frontalières, jusqu’où les populations locales seraient-elles prêtes à aller ?
En matière de tourisme, les comités départementaux de tourisme de Charente et de Charente-Maritime ont fusionné, créant ainsi Charentes tourisme présidé par Stéphane Villain. Une initiative parmi d’autres coopérations initiées par la Charente-Maritime avec ses autres départements limitrophes.
Outre les collaborations entre les Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis) des deux Charentes, Dominique Bussereau (président du Conseil départemental de la Charente-Maritime) évoque aussi un projet commun avec la Charente sur les bibliothèques. Autant d’indices d’une réelle proximité institutionnelle entre les deux départements charentais même si la Charente-Maritime s’allie aussi ponctuellement sur certaines questions avec d’autres comme la Vendée ou les Deux-Sèvres.
Pourtant, rares sont les acteurs politiques à franchir le pas et à demander une fusion politique entre les deux départements charentais. Et vous, qu’en pensez-vous ?
Si la question que nous vous posons ci-dessous n’est pas d’actualité, elle pourrait le devenir. En effet, diverses initiatives sont prises dans le sens de rapprochements institutionnels entre différents départements français sans que le pas de la fusion ne soit franchi… pour l’instant.
Dominique Bussereau, par ailleurs président de l’Assemblée des départements de France, “ne s’oppose pas philosophiquement à ces éventuelles fusions à condition que cela corresponde à la volonté des deux départements, que ce ne soit ni imposé par l’Etat, ni soumis à son accord”. Concernant les deux Charentes, il note qu’il n’y a “aucune volonté de fusion entre la Charente et la Charente-Maritime”. Pour lui, la question ne se pose pas pour le moment.
Pour répondre à la question cliquez ici

par Luc Bourrianne. Pour Sud Ouest

%d blogueurs aiment cette page :